L’arrière pays basque français fait de belles ondulations  et serpente à mes côtés. Que des toponymes connus et célébrés : Ascain – Ainhoa – Espelette ou encore la Rhune. Les villages aux typiques maisons à colombage blanc et rouge se fondent dans cette perspective ondulée.

Après avoir laissé sur la droite les tombes discoïdales et le calvaire d’Ainhoa , le chemin descend au fond d’une combe . un groupement de maison , une ancienne douane.

Est-ce l’Espagne en toi qui pousse un peu sa corne comme le dit Nougaro. Derrière ces vallonnements l’Espagne est là. Plus particulièrement la Navarre , province du Pays basque espagnol. Le changement est radical. Le serpentin vallonné laisse place à une vallée plus noire , plus feutrée. Les collines dénudées laissent la place à des forêts profondes.

LRM_EXPORT_20180708_160037

Je viens d’arriver dans la partie nord de la Vallée de Baztan , enclavée dans les Pyrénées Atlantiques entre les cols d’Otsondo et  de Belate. Un pays d’hidalgos et d’indianos revenus d’Amérique. Un pays de maisons en pierre rose , de monastères, de ponts médiévaux, de monuments mégalithiques et de grottes. Pélerins, contrebandiers et sorcières ont laissé ici leurs empreintes. Une vallée où légendes et personnages mythologiques se mêlent souvent à d’autres réels, mais entourés d’un halo de mystère.

Le premier village qui m’apparaît dans cette Haute vallée de Baztan est le village de Zugarramurdi. Village de légende et de sorcières. Le halo de mystère est loin de se dissiper . Laissez-moi vous conter Zugarramurdi , ces sorcières et ses mythologies en vallée de Baztan.

IMG_0046-2

Zugarramurdi était il y a quelques siècles un ensemble de fermes isolées autour du monastère San Salvador avant d’acquérir une juridiction civile. Elle fut déclarée commune en 1667. Aux alentours du village dans un fouillis d’arbres , des grottes imposantes. Celles ci en basque s’appellent Akelarre  .

IMG_0105-2

On dit que le mot Akelarre ( lande du bouc) vient du pré qui se  trouve à proximité de grottes.C’est dans ce pré que se tenaient les réunions de sorcières. Les participants à ses réunions appelaient  ainsi ce pré où paissait un bouc qui était censé se transformer en divinité lors des cérémonies.

Pour arriver aux grottes , il faut traverser Zugarramurdi , passer devant le musée des sorcières et un peu plus loin ,dans un lieu sombre et humide , l’Akelarre est là. La fraîcheur nous fait ressentir les grottes et le bruit de l’eau qui coule au fond de celle -ci remonte jusqu’à nous. Cette rivière , Olabidea,  est connue  comme la rivière de l’enfer , le lieu où se réunissaient les sorcières pour leur cérémonies ésotériques.

IMG_0086-2

Un chemin nous amène en surplomb de la grotte , un trou béant de 100 m de long et de 30 m de haut. Les rayons du soleil se joue des rochers et des arbres pour iriser le mystère du lieu. Je descends par un escalier de pierres et de bois jusqu’au tréfonds de la grotte pour atteindre les bords de la rivière Olabidea. Le lieu est sauvage , austère , minéral et végétal. Olabidea porte bien son nom : la rivière de l’enfer.

Je remonte la rivière sur quelques centaines de mètres au milieu des arbres et des blocs de rochers. L’auvent de la grotte apparaît au loin ,remplissant l’horizon. J’arrive dans l’antre des sorcières.

Dans ces grottes, au Moyen âge et jusqu’au 17ème siècle se tenaient les cérémonies et rites du monde des Sorgin , sorcières fêtardes et malicieuses. Dans ces grottes Graciana  de Barrenetxea  et son époux Miguel de Goiburu , dans les années 1 600 célébraient des messes noires. Joanes de Etxalar exécutait les peines obéissant aux ordres du diable. Joanes de Goiburu était le Txistulari ( joueur de flûte à bec) et Juan de Sansin jouait du tambour.

Tout cela est ce que nous apprennent les documents de l’époque, mais à Zugarramurdi , il ne reste plus que la scène de ces réunions : « la cathédrale du diable » et les légendes qui relatent les péripéties que vécurent les habitants de Zugarramurdi . Et ce chant qui remonte des entrailles de l’Akelarre est le chant de ces sorcières qui furent pourchassées par l’Inquisition.

IMG_0091-2

C’est ainsi que l’inquisiteur Don Juan del Valle Alvarado, du tribunal de Logrono, fut mandaté pour inspecter cette région. Il passa plusieurs moi à Zugarramurdi et recueillit de nombreuses dénonciations selon lesquelles près de 300 personnes et des enfants furent inculpées pour délits de sorcellerie. Quarante personnes choisies parmi celles qui semblaient les plus coupables, furent emprisonnées et emmenées à Logrono.

L’Inquisition les accusa de célébrations de messes noires , mais aussi de provoquer des tempêtes dans le golfe de Gascogne , ou encore de provoquer des maléfices contre les champs les bêtes et les gens. Le 7 et 8 Novembre 1610 les sorciers et sorcières reçurent leur sentence :  Pour 12 d’entre eux le bûcher et pour les autres l’emprisonnement à vie , la confiscation des biens ou encore l’exil.

IMG_0094-2

C’est la lamentation de ces sorciers et sorcières qui montent de l’Akelarre et se répand dans la fraîcheur du lieu. Après avoir traversé la grotte un escalier de pierre de bois et de roche m’ extrait de ce monde de sorcellerie et me remonte à la surface . Reste à me rendre à quelques encablures de là au Musée des sorcières. Légendes et sortilèges vont prendre corps. Ce monde de légendes et de maléfices a réellement vécu l’Inquisition. L’entrée du musée ne me laisse pas de doute : une forêt de piliers sur lesquels sont gravés les noms des victimes de cette Inquisition : beaucoup de femmes , de jeunes femmes mais aussi des hommes et beaucoup d’enfants.

IMG_0104-2

L’Inquisition a fait son oeuvre . A bas les légendes , les traditions les rites et les mythes.Dans cette campagne basque , il y a quelques siècles , l’hérésie a pris le dessus sur l’humanité. On m’a dit que pour faire disparaître les sorcières ,  certains allèrent en procession aux grottes un 15 août. Le curé répandit une poignée de moutarde pour que les sorcières disparaissent et ne reviennent pas durant autant d’années qu’il y avait de grains de moutarde.

Je crois que ce temps là est fini car le long de l’église de Zugarramurdi , sur un pavement  un énorme crapaud se prélassait !

 

Les Sorgins sont de retour !

 

Zuggaramurdi : Pays basque espagnol . Navarre . _83 klms de Pampelune. Accès espagnol par la vallée de Baztan. Accés  français par Ainhoa

Musée des sorcières de Zugarramurdi. 22 Calle Behitiko karika. tel 948599004.        mail : info@zugarramurdi.es.  Prix d’entrée 4.50 E. 2.50E pour enfant de 6 à 12 ans

Livres : La trilogie de Dolores Redondo sur la Vallée de Baztan : Le Gardien invisible , De chair et d’os , Une offrande à la tempête.