La première émotion dont nous gratifia la vallée de l’Orkhon fut son ciel et ses nuages.

Il sera injuste de dire que l’émotion des ciels de Mongolie fut la plus forte dans la vallée de l’Orkhon. Les ciels de Mongolie nous ont ému pendant tout notre séjour. Des ciels d’une sauvage beauté qui nous ont transporté et permis d’éprouver le temps.

Tengri , c’est ainsi que les Mongols nomme le grand ciel.

Ce pays, la Mongolie ne se découvre pas; il se vit au hasard de la piste et des rencontres sous la bienveillance du Grand Ciel, du grand, de l’infiniment grand.